Les Yoga Sutra du Confinement

  Pendant cette période de confinement, j’ai clairement eu l’impression que, de façon très subtile et très aimante, la Terre nous initiait tous, individuellement et collectivement, au Yoga. Je vais vous raconter ma vision des choses…

 

    Il semblerait que le confinement tire sur sa fin… en tout cas, c’est ce qui est annoncé. Pour beaucoup, c’est une grande réjouissance. L’idée de cette liberté retrouvée, de pouvoir enfin sortir, aller en pleine nature et pleinement profiter du printemps les transporte de joie. Pour d’autres, la peur de se retrouver de nouveau confronté à la foule et de prendre ainsi le risque de se faire contaminer est bien réelle. Peut-être cette peur les a-t-elle tenaillés durant tout le confinement, les forçant à installer des sas de sécurité pour rentrer chez eux et à utiliser divers produits pour assainir, désinfecter, prévenir, éviter à tout prix que l’invisible ennemi s’approche …

 

Les 5 Grandes Afflictions de l’Homme

   La peur est une des grandes afflictions qui affectent l’Humanité. Selon les Yoga Sutra de Patanjali, il existe 5 afflictions ou Klesha qui sont l’ignorance, l’égo, le désir, l’aversion et la peur, notamment la peur de mourir (Abhinivesha).

 

   Lorsque la peur nous prend aux tripes, elle augmente notre niveau de stress qui en retour affecte le bon fonctionnement de notre système immunitaire. Car la peur et le stress se manifestent en cas de danger et pour pouvoir sauver notre peau, notre système nerveux fait des choix : il stimule les glandes surrénales qui vont nous permettre de prendre la fuite si nécessaire mais coupe le fonctionnement du système parasympathique qui permet au corps de se reposer, se régénérer et guérir. Autrement dit, quand on est apeuré, anxieux ou inquiet, on devient plus susceptible de tomber malade, surtout si le stress causé par la peur se maintient pendant des jours, des semaines, voire des mois ou des années.

 

   La situation que nous vivons actuellement ne cause peut-être pas chez vous la peur de mourir, mais peut toucher d’autres domaines. Par exemple, êtes-vous inquiet pour votre avenir ? votre vie professionnelle ? vos finances ? votre capacité à survivre dans un monde qui est clairement en train de basculer vers … le grand inconnu….

 

Les 3 Grands Moyens pour diminuer ces Afflictions

   Encore une fois, c’est là que la pratique du yoga vient à notre rescousse. Après avoir nommé et expliqué les Klesha affectant l’homme, Patanjali nous a donné les moyens de les contenir et de les réduire. Il nous a notamment transmisi le Kriya Yoga ou yoga de l’action qui nous invite à développer de manière égale 3 axes dans lesquels diriger notre énergie : Tapas, Svadhyaya, Ishvara Pranidhana.

 

  • Tapas: c’est l’effort juste et total que nous investissons dans ce que nous faisons, c’est l’ardeur que nous mettons dans notre pratique, quel que soit notre niveau ou notre choix de postures. On peut faire une séance de pranayama ou de salutations au soleil avec un grand Tapas. L’important ici est de comprendre que ce que l’on investit dans notre pratique (ou dans notre travail ou dans notre jardinage ou encore nos prières ou quelque action que l’on entreprend) nous revient multiplié. Si nos actions sont faites avec doutes, avec ressentiment, avec indifférence, avec frustration, violence, dégoût ou avidité, tout ceci nous sera retourné, tôt ou tard. Ainsi, il est important d’être calme, attentif, bienveillant et volontaire dans toutes les actions que nous entreprenons.

 

Tout ce que l’on émet dans l’univers, que ce soit en actes, en paroles ou en pensées finit toujours par nous revenir. C’est pour cela que tout ce que nous rencontrons dans notre quotidien n’est qu’une réflexion de ce que nous vivons à l’intérieur. On entend beaucoup de nos jours le terme « co-création » et on nous dit souvent que nous sommes co-créateurs de notre vie et même de l’univers entier. C’est ainsi que cela fonctionne : notre attitude face à la vie a une incidence sur ce que la vie nous renvoie et va déterminer ce qui suit. Soit on fait le choix que la vie confirme nos croyances dans lesquelles nous nous trouvons alors confortés, soit on choisit de voir ce que la vie nous révèle sur notre monde intérieur, que nous pourrons alors modifier. C’est juste une question de positionnement. 

 

 

Tapas nous enseigne à dépasser deux grands Klesha que sont Raga et Dvesha, l’avidité et l’aversion qui généralement nous entraînent vers une consommation excessive des choses qui nous font plaisir (le chocolat, le sexe, Facebook, les grasses matinées, le shopping, les potins) et un rejet total des choses qui nous répugnent (les artichauts ou les endives, se coucher tôt, cuisiner plutôt que d’acheter des plats tout-prêts, la sobriété, le yoga, la méditation). Ainsi, concrètement, dans notre pratique de yoga, plutôt que de toujours faire (par exemple) les postures debout et les postures avant que nous adorons et éviter les inversés et les postures arrière que nous détestons, nous allons nous exercer à alterner les groupes de postures pratiquées. Cette discipline intelligente nous permet de véritablement progresser car nous apprenons beaucoup sur nous-même lorsque nous faisons calmement ce que nous aurions tendance à éviter et que nous nous restreignons sur le reste.

 

La question que l’on peut se poser aujourd’hui est : si tous ensemble nous avons co-créé cette vie sur Terre, pouvons-nous utiliser notre énergie à créer une nouvelle Terre qui reflète véritablement nos aspirations les plus hautes ?

 

  • Svadhyaya: c’est l’introspection, l’auto-examination, littéralement, l’étude de « Soi ». Le mois dernier, je vous avais envoyé une lettre (relire ici) intitulée « Les Opportunités du Confinement » dans laquelle je vous incitais à réfléchir sur votre environnement, votre lieu de vie, vos relations avec vos proches et plus particulièrement votre relation à vous-même. Je pense que ces 8 semaines de quarantaine auront été pour tous une occasion de faire le point, de dresser quelques bilans ou en tout cas de réfléchir sur leur situation personnelle, que cela ait été fait de manière plus ou moins consciente.

 

Cet exercice d’auto-observation est un point très important de la pratique du yoga. Nous devons devenir capables de voir si la pratique que nous faisons nous est bénéfique ou pas, le critère principal étant : est-ce que ma pratique me permet d’appréhender les choses, les situations, les personnes avec lesquelles j’entre en contact de manière sereine et centrée ?

 

En exerçant Svadhyaya, nous apprenons aussi à éliminer le premier Klesha qui est Avidya, l’ignorance. Car l’ignorance ne se combat qu’avec un Savoir Vrai, pas juste des informations glanées à l’extérieur de nous (et qui s’avéreront peut-être un jour être des croyances erronées ou des Fake News !!!) mais un savoir acquis à l’intérieur par l’observation de soi.

 

  • Ishvara Pranidhana : c’est peut-être le point le plus obscur pour beaucoup de Sadhaka, car nous, Occidentaux et notamment Français, avons reçu une éducation très cartésienne. Et même si nous avons eu une éducation religieuse, elle était plutôt empreinte de la peur du châtiment, la crainte de pécher ou de déplaire à Dieu. Il est rare que nous connaissions la véritable Foi, la dévotion, l’abandon au Divin, ce que Ishvara Pranidhanasignifie. Or, que nous soyons rationnels, intellectuels, cartésiens, scientifiques ou pas, nous devons admettre qu’il existe des forces dans l’univers qui nous dépassent et que nous ne pouvons expliquer avec notre intellect. Que notre univers et notre vie sur Terre fonctionnent trop parfaitement pour être dûs au simple hasard.

 

En apprenant à nous en remettre à Plus Grand que nous, nous retrouvons ainsi notre juste place sur cette Terre et dans l’Univers. Nous sommes de minuscules êtres sur un minuscule grain de sable perdu dans le cosmos. Et pourtant, nous recevons chaque jour tout ce dont nous avons besoin pour vivre : eau, air, nourriture, un toit, des vêtements, l’amour de nos proches… Comment ne pas être emplis de gratitude devant ce miracle ? Pourquoi ne pas ouvrir nos cœurs et nos esprits au Créateur, au Tout-Puissant, à la Source, afin qu’elle prenne soin de nous ? Oui, cela demande énormément de confiance et de lâcher-prise, mais c’est très libérateur et c’est un des meilleurs moyens pour diminuer le deuxième Klesha qui est Asmita, l’ego.

 

Le Code de Conduite Personnelle du Yogi

   Je voulais aussi vous rappeler que les 3 axes du Kriya Yoga sont également inclus dans les Niyama qui sont les 5 aspects du code de conduite personnelle du Sadhaka. Les Niyama sont :

 

  • Saucha: la pureté, la propreté
  • Santosha: le contentement
  • Tapas: l’ardeur
  • Svadhyaya: l’introspection
  • Ishvara Pranidhana: l’abandon au Divin 

 

   Je ne pense pas m’avancer trop loin en affirmant que pendant ce confinement, nous avons renforcé notre sens de l’hygiène : À force de nous laver les mains plusieurs fois par jour pendant 3 minutes, à désinfecter les objets qui auraient passé du temps à l’extérieur et même à laver avec plus de soin les aliments achetés dans les magasins, nous avons en quelque sorte été rappelés à l’ordre !

 

   Pour le Yogi, Saucha est la première règle de conduite personnelle à suivre. Bien sûr, ce sens de la propreté ne se limite pas à son habitat ou au nombre de douches qu’il prend, car le sadhaka cherche aussi à se nettoyer de l’intérieur. En pratiquant asana et pranayama, il libère ses organes et articulations des toxines qui pourraient l’encrasser et le rendre sujet à la maladie. Ce faisant, il diminue aussi l’emprise que le dernier Klesha, la peur (Abhinivesha) pourrait avoir sur lui.

 

   Enfin, s’il y a un autre Niyama que nous avons dû exercer pendant ce confinement, c’est bien Santosha, le contentement. Nous avons dû accepter de rester à l’intérieur, là où nous nous trouvions. De toute façon, nous n’avions pas le choix, à part sur notre réaction face à la situation : la vivre avec rancœur et frustration ou rester calme et patient.

 

   Santosha est un concept yogique qui est aussi souvent mal interprété. Être dans le contentement ne signifie pas se résigner, encaisser, accepter sans broncher. C’est un état d’être profond qui demande beaucoup de lâcher-prise sans pour autant inhiber la réflexion ; qui demande à transformer d’abord en soi ce qui peut être changé et d’accepter ce qui ne le peut pas. Ainsi, par exemple, si l’on regarde aujourd’hui l’état de notre Terre, on peut se sentir abattus, dégoûtés, indignés que l’on en soit arrivé là et se mettre à chercher quels sont les coupables et comment les faire payer. On va vouloir se révolter et peut-être même couper des têtes… On peut aussi ouvrir les yeux sur l’état pitoyable dans lequel nous avons mis notre belle planète et se demander « Qu’est-ce que je peux faire, moi, personnellement, à mon échelle ? ».

 

  Chers amis, n’oublions pas, nous sommes peut-être des milliards de consommateurs, coupables à divers degrés des abus que nous avons pu commettre, mais nous sommes aussi des milliards de co-créateurs détenant tous ensemble un pouvoir bien plus immense que nous ne le soupçonnons. Nous venons de vivre une grande initiation collective et beaucoup d’entre nous sommes prêts nous réveiller, à nous prendre en main et à changer. Il serait suicidaire de vouloir que les choses retournent à la normale, alors, concrètement, qu’allons-nous faire de différent? Pas demain mais maintenant!

Partager sur facebook

Il est permis de partager cet article (sur internet, sur Facebook, sur vos blogs et avec vos amis) à condition qu’il ne soit pas coupé et que vous en conserviez l’intégralité; qu’il n’y ait aucune modification au contenu; que vous citiez le nom de l’auteure -Uma Wright- ainsi que la référence de son blog : https://umahesh.com/lomauma/

Partager sur facebook

liste de diffusion

En vous abonnant, vous serez informé.e dès que je posterai du nouveau contenu (articles ou vidéos)

derniers articles

Philosophie

Éradiquer la Souffrance

Le Yoga est souvent assimilé au bien-être, au bonheur, à la diminution de la douleur et du stress. Selon les yogis, le yoga permettrait même l’éradication de la souffrance…

Lire +
Yoga

Comme un Roc au Cœur de la Tourmente

Pourquoi les postures debout sont-elles non seulement les premières positions que nous enseignons aux débutants mais aussi souvent celles avec lesquelles nous commençons une classe ou notre pratique?

Lire +
Philosophie

La Fin du Kali Yuga

Je voudrais aujourd’hui parler du Kali Yuga, l’Âge noir dans lequel l’Humanité a été plongée pendant des siècles, cette longue époque marquée par l’ignorance, la violence, la pénurie, l’oppression et l’illusion de…

Lire +
Inspiration

Les Opportunités du Confinement

Lorsque l’on n’a plus le droit de sortir, on se tourne vers l’intérieur. Encore faut-il savoir comment s’y prendre… Voici une démarche possible et quelques pistes de réflexion…

Lire +
Yoga

Donner un Sens à sa Pratique

Donner un sens à sa pratique, c’est en soi un aspect important – un aspect essentiel même! – de la pratique du yoga. Comment ne pas tomber dans la routine et laisser les postures maintes fois répétées devenir mécaniques?

Lire +
Yoga

Les 7 Chakras

L’homme possède d’innombrables chakras mais dans la pratique du yoga, on se concentre sur les chakras internes principaux qui sont au nombre de 7. Ce sont des vortex permettant à l’énergie vitale de circuler…

Lire +